Image 01

L’alimentation par préparation fait-elle naître des sentiments mitigés — de votre part ou de celle des autres? Voici quatre vérités que vous devez connaître, pour le bien-être de votre bébé et le vôtre.

À un moment où les nouvelles mamans devraient célébrer et profiter du temps qu’elles ont avec leurs bébés, plusieurs ressentent des sentiments partagés. Qu’est-ce qui les afflige (bien inutilement)? Plusieurs mères affirment ressentir de la culpabilité, être sur la défensive ou vivre comme un « échec » le fait d’utiliser la préparation pour nourrir leur bébé même si leur bébé se développe et que le fait de le nourrir au biberon a, dans certains cas, contribué à réduire le stress de tous et à ajouter une belle flexibilité dans la vie de la famille. Des études récentes auprès des consommateurs ont révélé qu’à un moment quelconque pendant la première année de leur bébé, nouvelles mamans sur 10 ont recours à une préparation pour nourrissons pour diverses raisons, y compris pour partager la tâche de nourrir le tout-petit et faciliter le retour au travail.

Lorsque j’ai découvert que je ne pouvais pas allaiter en raison de ma médication, j’étais dévastée. J’ai pleuré jusqu’à la maison, à mon retour de ma visite chez le médecin, affirme Ann G., une nouvelle maman de Chicago. D’autres mères disent avoir été fusillées du regard ou sermonnées parce qu’elles donnaient un biberon de préparation à leur bébé.

Savoir ce qui est le mieux pour vous et votre bébé - et la confiance que vous devez avoir dans cette connaissance - pourraient provenir de deux sources : vous-même et votre médecin. Que les réactions négatives à l’alimentation par préparation soient réelles ou perçues, et qu’elles naissent en vous ou proviennent des autres, voici comment les empêcher de vous attendre.

Pensez aux choix d’alimentation de votre bébé comme des options, et non pas comme des choix qui s’opposent.

La Société canadienne de pédiatrie, les diététistes du Canada, le Comité canadien pour l’allaitement et Santé Canada recommandent l’allaitement exclusif pendant les six premiers mois suivant la naissance. Le lait maternel est la norme nutritionnelle pour les bébés. Mais il arrive qu’une maman ne puisse pas allaiter ou qu’elle choisisse de ne pas allaiter. Dans ces cas, l’alimentation par préparation est la meilleure alternative à l’allaitement maternel.

Leanne H. de Waukesha, Wisconsin, qui a allaité exclusivement pendant quatre mois, dit : « Mon travail exige que je voyage, et la préparation pour nourrissons sert de complément alimentaire lorsque je suis absente et que c’est son papa qui veille sur elle. Cela me rassure de savoir qu’elle reçoit la nutrition dont elle a besoin même quand je ne suis pas là pour lui donner.

Peu d’aspects du parentage — à l’exception des questions de vie ou de mort comme l’utilisation de sièges d’auto pour bébés ou donner aux enfants des jouets avec lesquels ils peuvent s’étouffer — sont entièrement bons ou mauvais, entièrement blancs ou noirs. N’oubliez pas que chaque duo maman-bébé est unique et que le facteur le plus important est d’offrir une option d’alimentation qui contribuera à la croissance et au développement normal de votre bébé.

Augmentez votre niveau de confiance face à l’alimentation par préparation.

Grâce à des décennies de recherche et de progrès scientifiques, les préparations pour nourrissons d’aujourd’hui ressemblent davantage au lait maternel que jamais auparavant, et elles contiennent les nutriments dont votre bébé a besoin pour grandir et s’épanouir.

J’avais un sentiment d’échec, comme maman, face à l’utilisation de la préparation », affirme Justine C. d’Ellenville, dans l’État de New York,Mais une fois mes recherches effectuées, je me suis sentie beaucoup mieux et mon fils était heureux. C’est une solution gagnant-gagnante!

N’oubliez pas que vous êtes la seule à connaître votre histoire.

Chaque famille fait les choix qui conviennent à sa situation en particulier. Avant de prendre à cœur les commentaires des autres, faites une pause et rappelez-vous que les commentaires sont presque toujours issus de la perspective individuelle de cette personne. Une personne qui ne connaît pas votre histoire, votre mode de vie, votre historique médical et les autres facteurs qui ont contribué à votre décision d’utiliser la préparation. Vous n’avez pas à vous justifier, ni à investir d’énergie dans ces critiques.

« Il y a actuellement une grande pression vers l’allaitement; mais il arrive qu’il ne fonctionne tout simplement pas. », dit Maria C, nouvelle maman de Hammond, en Indiana. « Moi je dis, faites ce que vous pouvez; mon bébé est la preuve que les bébés nourris à l’aide de préparations pour nourrissons s’épanouissent eux aussi. »

Concentrez-vous sur ce qui compte le plus pour votre bébé et pour vous.

Gardez en tête que votre bébé est la seule personne à qui vous devez plaire. « J'ai ressenti un tel échec comme maman de ne pas pouvoir nourrir mon enfant. Je n'ai jamais été si émotive et instable de toute ma vie. J'ai pleuré pendant des jours », affirme Antoinette P. maman de Charlotte, en Caroline du Nord. « Le huitième jour, j’ai renversé accidentellement le petit biberon de lait maternel que j’avais enfin réussi à tirer. J’ai décidé à ce moment "qu'il ne sert à rien de pleurer sur le lait renversé", comme le dit le dicton. Ce jour-là, j’ai décidé d’adopter l’alimentation au biberon. Depuis, Alli est heureuse, en santé, et elle grandit aussi vite qu’une mauvaise herbe. »

Être une bonne mère, c'est une combinaison d'amour, de réceptivité, d'attention et de communication. « Choisir d’abandonner l’allaitement n’est jamais facile ou rapide », affirme Lorie M. d'Omaha, dont la fille a passé les sept premiers jours de sa vie aux soins intensifs néonataux. « Il faut simplement comprendre que chaque bébé est différent. J'en suis arrivée à la conclusion que ce n'est pas l'allaitement qui détermine si j'ai réussi en tant que mère; c'est ma compréhension des besoins spécifiques de mon bébé, et le fait que j'aie choisi son bien-être. »