Se préparer à l’arrivée de bébé : liste de vérification antistress pour la réussite des tétées

Les démarches que vous faites pendant la grossesse peuvent vous aider à nourrir votre bébé tout en douceur. Voici quelques trucs et astuces pour vous aider à mieux préparer l’arrivée de votre bébé.

Nous avons demandé à de nouvelles mamans ainsi qu’à des experts de nous faire part de leurs suggestions au sujet des plans d’alimentation judicieux. En prenant connaissance de leurs expériences, vous pourrez passer plus de temps à vivre des moments d’émerveillement avec votre nouveau-né lorsqu’il arrivera.

Quelques trucs utiles.

Tout ce qui entoure l’alimentation peut représenter un défi autant pour le bébé que pour ses parents. C’est pourquoi l’information fournie par les hôpitaux, les monitrices en périnatalité et les conseillères en allaitement peut vous être utile. Informez-vous auprès de votre médecin ou de votre sage-femme sur les cours disponibles.

Rassemblez de l’information sur toutes les façons d’alimenter votre bébé.

Certaines nouvelles mamans affirment que peu importe le choix que vous avez en tête, vous serez mieux préparées si vous étudiez autant les aspects relatifs à l’allaitement que ceux liés à l’alimentation à l’aide d’une préparation. Pendant sa grossesse, Stefanie D. de Byron Center, Michigan, a lu des livres sur l’allaitement, a assisté à des formations et a regardé des vidéos d’information. Elle raconte : « L’allaitement exclusif me tenait à cœur. Après l’arrivée de mon fils, toutefois, j’ai commencé à vivre tous les problèmes décrits dans les livres, sauf que les solutions rapides et simples proposées ne m’aidaient en rien. » Elle explique : « Pendant trois semaines, je suis devenue émotionnellement, physiquement, et mentalement épuisée par l’allaitement. J’ai réalisé que je perdais un temps précieux avec mon nouveau-né, que je ne pourrais jamais récupérer. »

Bien sûr, chaque maman peut rencontrer des défis inattendus. Un « guide » de la préparation pour nourrissons peut constituer une source d’informations utiles. « La vérité est que l’allaitement exclusif ne fonctionne pas pour tous pour une raison ou une autre », explique Adrianna B., une maman de Phoenixville, Pennsylvanie, qui avait planifié d’allaiter pendant un an, mais qui a souffert d’une dépression post-partum. « L’allaitement ne fonctionnait pas pour moi et mon fils. J’étais réticente à abandonner totalement l’allaitement, alors j’ai commencé à utiliser une préparation [tout en] allaitant. »

À l’hôpital, gardez votre bébé dans votre chambre.

Lorsque c’est possible, le fait d’avoir un contact immédiat et continu avec votre nouveau-né approfondit et renforce le lien entre vous, que vous planifiiez ou non d’allaiter. Il a été démontré que tenir son bébé près de soi, peau à peau, sauf pour la région couverte par la couche – ce qu’on appelle « contact cutané » ou « méthode mère kangourou » –, augmente la confiance de la mère. Le contact aide également la mise au sein du bébé allaité et vous permet de mieux apprendre les signaux de faim de celui-ci. Les hôpitaux peuvent adopter des politiques différentes à ce sujet, alors assurez-vous de discuter de cet arrangement avec votre professionnel de la santé.

Préparez votre réseau d’aide à l’alimentation.

Votre médecin ou votre sage-femme et le personnel infirmier de l’hôpital peuvent répondre à vos premières questions sur l’alimentation. Certains hôpitaux offrent les services d’une conseillère en allaitement afin de vous aider à commencer l’allaitement ou à combiner celui-ci avec une préparation. Élaborez un plan avec votre médecin, votre sage-femme, votre éducateur en périnatalité ou votre pédiatre et déterminez vers qui et vers quoi vous tourner si vous éprouvez des difficultés reliées à l’alimentation. Une mère expérimentée peut être une bonne ressource et un bon appui. En sachant d’avance vers qui et vers quoi vous pouvez vous tourner pour les questions reliées à l’alimentation, vous aurez l’esprit en paix et serez assurée de combler les besoins nutritionnels de votre bébé.

Par-dessus tout, gardez l’esprit ouvert et concentrez-vous sur ce qui importe le plus.

« J’avais prévu d’allaiter exclusivement pour au moins un an », raconte Shelly N. de Dover, New Hampshire. Cependant, les choses ne se sont pas déroulées comme je l’avais planifié. Elle confie qu’un « instinct protecteur s’est fait ressentir » la poussant à vouloir donner ce qu’il y a de mieux à sa fille. Cela signifiait de laisser tomber sa vision initiale et d’adopter d’autres moyens. « J’ai appris que parfois, certaines choses sont hors de notre contrôle», a-t-elle ajouté.