Image 01

Lorsqu'il y a un tout-petit dans un ménage avec des enfants plus âgés, ce n'est qu'une question de temps avant que vous ne soyez confrontée à des chamailleries entre frères et sœurs. Apprenez à aider vos enfants à mieux s'entendre avec les conseils pratiques d'Enfagrow A+.

 

Qu'est-ce qui cause les chamailleries entre frères et sœurs?

Lorsque vous avez ramené votre plus petit amour à la maison pour la première fois, vous avez peut-être remarqué que vos enfants les plus âgés étaient jaloux de bébé. Et ainsi ont commencé les premiers scintillements de rivalité et les chamailleries. Il est normal que les frères et sœurs se chamaillent – mais cela ne doit pas être une chose quotidienne.

Pour apaiser les chamailleries entre frères et sœurs dans votre ménage, vous devez d'abord comprendre pourquoi votre tout-petit et les autres enfants se chamaillent. Les causes courantes de chamailleries entre frères et sœurs comprennent :1,2,3

  • Être très proches en termes d’âge. Les enfants très proches en termes d’âge peuvent s'affronter souvent parce qu'ils recherchent les mêmes choses : des jouets, des collations et du temps avec vous.

  • Même sexe. Bien sûr, il peut y avoir plus de choses en commun, mais il peut aussi y avoir plus de concurrence.

  • Être l'enfant du milieu. Ils ne sont pas le bébé de la famille et n'ont pas non plus l'avantage d'être les plus âgés - des comportements violents peuvent suivre.

  • Évolution des besoins. Au fur et à mesure que les enfants grandissent, évidemment, leurs désirs et leurs besoins grandissent avec eux. Des choses qui n'étaient autrefois pas des problèmes, comme partager certains jouets ou dormir dans la même pièce, peuvent soudainement provoquer des frictions.

  • Tempéraments personnels. SCertains enfants sont accaparants, d'autres ont besoin de beaucoup d'espace. Certains enfants sont faciles à vivre, d'autres sont un peu plus fermés sur eux-mêmes. Vos enfants se chamailleront ou pas en fonction de leurs tempéraments respectifs.

  • Tension relationnelle commune. Vos enfants passeront probablement plus de temps ensemble qu'avec n'importe qui d'autre, y compris avec vous. Cette grande convivialité mène vraisemblablement à la rupture et à la petite querelle occasionnelles.

  • Sautes d'humeur. Que l'un de vos enfants soit fatigué, grincheux ou stressé, cela peut se répercuter sur ses interactions à la maison et les frères et sœurs sont une cible facile.

  • Les conflits familiaux et les modèles de conflit. Les parents qui se séparent ou divorcent – ou se chamaillent eux-mêmes – ou d'autres problèmes dans le ménage peuvent causer du stress chez les enfants, les amenant à se chamailler avec leurs frères et sœurs. Et si les parents ou les tuteurs modélisent généralement une mauvaise résolution des conflits ou des disputes pour des choses apparemment insignifiantes, les enfants qui les entourent commenceront à se comporter de la même façon.

Il est vrai que si l'un des enfants de votre foyer est un tout-petit, les chamailleries entre frères et sœurs sont inévitables; plus vos petits amours sont jeunes, moins ils sont capables de raisonner ou de résoudre des problèmes. Même à l'âge adulte, des chamailleries avec des frères et sœurs peuvent encore se produire. Les différences de personnalité, ainsi que la compétition pour l'amour et le respect parental peuvent conduire à la rivalité entre frères et sœurs à l'âge adulte.

Comment minimiser les chamailieries entre fréres et sœurs et améliorer les relations

Voici quelques conseils éprouvés pour atténuer les chamailleries entre vos petits amours :1

  • Traitez vos enfants comme des individus et évitez les comparaisons. Les enfants de votre famille ne forment pas un groupe monolithique, même s'ils ont le même âge ou sont du même sexe. Ce qui fonctionne pour l'un ne fonctionnera pas nécessairement pour l'autre et aplanir les chamailleries ne se réalisera pas nécessairement en disant à vos petits de simplement s'entendre. Quand il s'agit de les traiter comme des individus, évitez les comparaisons directes – dire des choses comme « Ta sœur ne se comporte pas de cette façon. » ou « Ton frère est plus gentil quand il est contrarié. » ne résoudra rien.

  • Établissez des règles pour une interaction appropriée et renforcez-les.SLes chamailleries entre frères et sœurs ne devraient jamais être des luttes permanentes et sans merci. Soyez claire sur les règles d'engagement et sur les conséquences de leur violation. Rabaisser, mettre les mains l’une sur l’autre, jeter des objets, etc. sont des échecs courants.

  • Félicitez quand un bon comportement conduit à s'entendre. Si vous espionnez vos petits partageant volontairement, étant patients les uns avec les autres ou résolvant des conflits par eux-mêmes, laissez-le entendre et félicitez ce comportement. Cela ne doit pas nécessairement se produire sur le moment, mais cela devrait être reconnu, surtout si le bon comportement est nouveau et c’est quelque chose sur lequel le ménage travaille.

  • Écoutez vos petits. Donnez à vos enfants l'espace pour s'exprimer. Les tout-petits n’ont peut-être pas le vocabulaire nécessaire pour exprimer clairement leurs sentiments et leurs frustrations, mais ils ont leurs façons de communiquer leurs émotions. Laissez les enfants s'exprimer sur les problèmes de frères et sœurs et reconnaissez leurs sentiments, puis offrez-leur des conseils pour qu’ils s’entendent.

  • Dirigez avec amour. Passez du temps en tête-à-tête avec chacun de vos enfants. Cela renforcera non seulement le fait qu'ils sont spéciaux pour vous en tant qu'individus, mais cela vous donnera également l'occasion de parler de tous les problèmes qu'ils peuvent rencontrer lorsqu'il s'agit de s'entendre avec leurs frères et sœurs.

  • Anticipez les points de friction potentiels. Si vous savez que l'un de vos petits est en colère ou que les tensions sont fortes, trouvez des moyens de garder vos enfants occupés d'une manière qui ne nécessite pas beaucoup d'interaction ou de coopération. S'il y a des jouets pour lesquels vos petits se disputent généralement, envisagez d’établir un calendrier.

  • Ne vous impliquez pas directement. Lorsque des chamailleries entre frères et sœurs se produisent parmi de jeunes enfants ou incluent des tout-petits, vous devriez aider à décoder ce que ressentent vos enfants afin que leurs frères et sœurs comprennent, mais ne prenez pas parti. Autant que possible, encouragez vos enfants à régler eux-mêmes leurs chamailleries.

Enseigner aux fréres et sœurs à résoudre des problémes, y compris aux Tout-Petits

La possibilité de laisser vos enfants résoudre eux-mêmes leurs chamailleries nécessite que vous leur appreniez comment. Si l’un de vos petits est un tout-petit, vous gagnerez en vous adaptant au stade dans lequel il se trouve dans sa communication et son développement émotionnel, et probablement en comptant sur vos enfants les plus âgés pour qu’ils fassent un peu plus de travail de résolution de problèmes.

Commencez à enseigner à vos enfants comment résoudre leurs conflits par la médiation, sans prendre parti, comme mentionné précédemment:2

  • Expliquez ensemble le processus de résolution de problèmes. IDans un langage que chacun comprend, expliquez l'approche de résolution des conflits étape par étape. C'est le moment idéal pour définir - ou renforcer - des règles sur la façon d'interagir de manière appropriée, par exemple pas d'injures, pas de cris, etc. Si vos petits sont sur la même longueur d'onde à propos des règles, ils peuvent se tenir mutuellement responsables rendant votre médiation plus simple.

  • Il est essentiel de parler à tour de rôle. Il est important de se relayer pour prévenir les chamailleries entre frères et sœurs, mais cela peut aussi aider à les résoudre. Apprenez-leur à expliquer leurs points de vue un à un, à s'écouter et à répondre. Il se peut que les querelles soient dues à un simple malentendu ou à des styles de communication différents.

  • Partagez vos sentiments pour mieux comprendre. « Quand X se produit, je ressens Y » peut être partagé par chacun de vos enfants afin d'éclairer la façon dont les actions affectent les sentiments. Cela peut aider à encourager l'empathie parmi vos petits et à aider les jeunes enfants et les tout-petits à comprendre les émotions.

  • Parlez à travers une solution. Après avoir parlé, écouté et fait preuve d'empathie, il est temps de trouver comment résoudre le conflit. Laissez chacun partager sa solution et laissez les enfants l'essayer. Si une solution proposée ne fonctionne pas, ils peuvent passer à une autre approche pour résoudre leur conflit.

  • Ayez une solution en attente au cas où. Si vos enfants ne parviennent pas à résoudre un conflit entre eux, vous ressentirez le besoin d'intervenir une fois de plus. Ayez une solution claire en attente – retirer le jouet, personne n'aura de temps passé devant un écran s'il ne peut pas partager, etc. – qui les encourage à faire des compromis sans votre aide.

L'Importance de s'assurer aue vos enfants s'entendent

Des études suggèrent que les enfants perdus dans les chamailleries entre frères et sœurs (être taquinés, avoir leurs jouets cassés ou pris, ou être physiquement affectés) sont plus susceptibles d’être harcelés par leurs pairs.4 Jeter les bases d’une résolution appropriée des conflits entre frères et sœurs et de l’expression précoce de soi est la clé pour empêcher les choses de dégénérer à un tel point. Cela permet également de s'assurer que ces relations importantes sont sur la bonne voie vers une vie d'amour.