Image 01

Que vous les appeliez des crises d’humeur ou des effondrements, il n’est jamais amusant pour quiconque lorsque votre tout-petit perd patience. Apprenez-en davantage sur la cause et la façon de traiter les crises chez les tout-petits.

Qu’est-ce qu’une colère chez les tout-petits ?

Bien que les causes puissent sembler déroutantes et que le moment n’est pas toujours bien choisi, les crises de colère des tout-petits sont la façon pour eux d’exprimer des émotions très fortes qu’ils ne sont pas encore équipés pour les mettre en mots. Et oui,les crises de colère chez les tout-petits sont une partie normale du développement de l’enfant pour ceux qui sont dans les tranchées des soi-disant « Terrible Deux » (de 24 à 30 mois).

Quelles sont les causes des crises de colère des tout-petits ?

Si la colère d’un tout-petit est liée à une incapacité à s’exprimer verbalement, pourquoi ne voyons-nous pas des crises de joie ? On les appelle des crises de colère pour une raison : Votre tout-petit est frustré, peut-être même en colère - de se faire dire « Non », de se faire donner des limites, ou tout simplement de ne pas être en mesure de choisir par lui-même dans une situation donnée.1

Malheureusement, certains contextes ou d’autres choses qui se passent avec votre tout-petit peuvent augmenter la probabilité que vous traitiez avec un tout-petit endormi, affamé, malade ou qui doit changer de cap brusquement sont des éléments qui le rendent susceptible à une explosion de colère.1

Comment éviter les crises de colère des tout-petits

Connaître les moments où votre enfant est plus susceptible d’avoir une crise de colère, comme d’être trop fatigué ou d’avoir faim, et de prévoir peut aider à prévenir une crise de colère. Bien que les crises de colère chez les tout-petits ne soient pas toujours évitables, il y a des choses que les soignants peuvent faire pour réduire la probabilité qu’ils soient confrontés à une crise à tout moment :2

  • Routine. Faites de votre mieux pour vous en tenir à une routine pour les repas et les périodes de sommeil, afin d’éviter que votre enfant ne soit pas trop fatigué ou affamé

  • Rediriger leur focalisation. Utilisez la courte portée d’attention de votre enfant à votre avantage : concentrez-vous sur une action ou un objet positifs, comme un jouet favori, avec lequel il peut interagir.

  • Aidez votre tout-petit à apprendre. Beaucoup de frustration vient du fait que votre tout-petit ne sait pas ou ne comprend pas comment faire quelque chose. Cherchez donc des occasions d’éliminer la crise de colère d’un tout-petit en lui enseignant quelque chose pour contrer une situation avec laquelle il a de la difficulté.

  • Laissez les petits avoir le choix et le contrôle. Laisser votre enfant se sentir habilité à faire des choix — et dire « oui » à des questions qui ne sont pas hors de propos — renforce son estime de soi ; si les choix sont directs plutôt que de dire oui ou non, tant mieux.

  • Utiliser un renforcement positif. Lorsque votre enfant fait de bons choix, qu’il est gentil, qu’il se comporte bien dans un moment stressant, montrez-le — montrez-lui que vous le remarquez et que c’est louable.

  • Préparez votre enfant pour le changement. Préparer votre enfant à des changements ou des événements en lui en parlant avant que cela ne se produise peut aider votre enfant à s’adapter.

  • Cohérence. Faites connaître les règles à votre enfant et respectez-les./p>

Comment gérer les crises de colère des tout-petits

Une partie de la gestion des crises de colère chez les tout-petits est en cours de préparation pour eux. Elles sont l’une des parties les moins amusantes de la petite enfance, mais elles sont normales et souvent inévitables. Voici quelques conseils pour vous aider, votre tout-petit et vous-même, à surmonter les colères inévitables du tout-petit :3

  • Se fâcher ou faire une crise soi-même ne fera que compliquer la tâche de votre tout-petit et pourrait prolonger la lutte. Soyez fort, solidaire et cohérent.

  • Valider les sentiments derrière la colère. Votre petit a besoin d’être entendu, alors montrez-lui que vous l’entendez avec une écoute active. « Je comprends que tu ne veux pas quitter le parc — c’est vraiment amusant de jouer ici », « je sais que tu ne veux pas arrêter de jouer et prendre un bain, tu passais du bon temps », etc.

  • Fournir l’espace et les limites. Laissez votre petit avoir son temps, mais continuez de respecter les règles appropriées – annoncez que vous l’empêcherez de frapper, de crier ou d’être destructeur pendant que vous lui donnez de l’espace pour se calmer.

  • Apaisez-le lorsque cela est possible. Les câlins, une activité alternative ou le fait de s’asseoir tranquillement peuvent apaiser votre enfant, alors offrez ces options quand et où c’est possible.

  • Modélisez des réactions saines à l’énervement. Que vous preniez vos propres pauses pour vous sortir de situations stressantes ou que vous aidiez votre tout-petit à canaliser son mécontentement vers quelque chose de sécuritaire (déchirer du papier brouillon, travailler avec de l’argile), les crises peuvent être des moments propices à l’apprentissage de nos émotions.

  • Évitez le chantage. Faire du chantage à votre enfant pour arrêter sa colère peut lui apprendre à agir de manière inappropriée pour obtenir une récompense.

Quand être inquiet au sujet des crises de colère pour tout-petits

Même si vous ne devriez pas vous retrouver à faire face à une colère éternelle des tout-petits, il arrive que des crises de colère s’intensifient ou se perpétuent au-delà de la petite enfance. Si l’une des situations ci-dessous s’applique à votre tout-petit ou à votre enfant plus âgé, consultez votre professionnel de la santé pour obtenir des conseils :4

  • Colères plus longues ou plus explosives

  • Plusieurs crises par jour

  • Ils se blessent pendant une crise de colère

  • Blesser les autres pendant une crise

  • Être destructeur pendant une crise

  • Tomber malade à la suite de colères, comme des maux de tête, ou retenir son souffle

  • Les crises de colère qui persistent ou s’aggravent à l’âge de 4 ans.

Les crises chez les tout-petits sont peut-être inévitables, mais elles ne sont qu’une partie du parcours de développement de votre tout-petit. Explorez davantage ce à quoi vous pouvez vous attendre lorsque votre tout-petit progresse dans la petite enfance.